Coupe CAF : Cheikh Gueye évoque le Coton Sport, adversaire du Jaraaf en quart de finale

Cheikh Gueye, l’entraîneur de l’ASC Jaraaf, a livré sa réaction suite au tirage au sort des quarts de finale de la Coupe CAF, où son équipe affrontera Coton Sport FC au cours du mois de mai.

Ce vendredi, au siège de la Confédération Africaine de Football (CAF), en Egypte, le tirage au sort des quarts de finale de la Coupe CAF été effectué. Ainsi, le Jaraaf, qualifié dans cette phase à élimination directe après avoir terminé à la première place de son groupe, connait son prochain adversaire pour le chemin menant vers les demi-finales. Le Club de la Médina affrontera, de ce fait, les Camerounais de Coton Sport FC. Un adversaire déjà souhaité par l’entraineur des Vert et Blanc.

« Pour vous dire vrai, c’était le tirage que nous aurions souhaité. On l’avait souhaité non pas par rapport à la valeur intrinsèque de l’équipe camerounaise, mais plutôt par rapport à la logistique. Des pays de nos trois (3) potentiels adversaires à savoir l’Egypte, le Cameroun et l’Afrique du Sud, un voyage au Cameroun nous serait beaucoup plus favorable. C’est pourquoi, on avait souhaité jouer contre l’équipe dont le pays est plus facile en terme d’accès », a déclaré Cheikh Gueye dans des propos relayés sur le site du Jaraaf.

« Une équipe à respecter »

Tout de même, Cheikh Gueye et son groupe ne vont pas sauter au plafond pour avoir croiser en quart de finale l’équipe qu’ils souhaitaient le plus affronter. Il faudra faire le nécessaire sur le terrain et donner du respecter à l’adversaire qui figure parmi les meilleures équipes du continent et qui réalise un bon parcours cette saison en Coupe CAF. Cheikh Gueye en est d’ailleurs conscient et veut se méfier du Coton Sport FC.

« Le Coton Sport est parmi les 8 meilleures équipes de la compétition donc c’est une équipe à respecter. Je ne maîtrise pas trop cette équipe mais je sais que la philosophie du football camerounais est basée sur le physique avec quelques individualités. Un entraîneur n’a pas besoin d’une semaine dix jours voire un mois pour étudier son adversaire. Il suffit de visionner son adversaire sur deux ou trois matchs pour pouvoir travailler et essayer de le contrecarrer », a insisté le technicien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.