Patrice Motsepe: la CAF veut lancer un projet de Super Ligue pour l’Afrique

Patrice Motsepe

Patrice Motsepe a annoncé dimanche que la Confédération africaine de football réfléchit à la création d’une Super Ligue fermée.

La FIFA en a rêvé, la CAF va le faire. Porté à la présidence de la Confédération africaine avec le soutien actif de Gianni Infantino, Patrice Motsepe a annoncé dimanche que l’instance, qu’il dirige depuis mars dernier, planchait sur le lancement d’une Super Ligue africaine. Dans une déclaration publiée sur cafonline.com, au lendemain des demi-finales aller de la Ligue des Champions de la CAF, le dirigeant sud-africain évoque les pistes envisagées pour rendre le football africain « plus compétitif et autosuffisant ».

Outre la mise en œuvre des recommandations du rapport d’audit remis par le cabinet Price Waterhouse Coopers (PWC), relatives à la bonne gouvernance (sont déplorées des « transactions inappropriées » et des « pratiques irrégulières et contraires à l’éthique »), la CAF dit « se pencher sur la création de nouvelles compétitions » qui lui permettraient de « générer des revenus additionnels”.

Les droits télé en tête

Et c’est ainsi que le serpent de mer de la Super Ligue, chassée par la porte en Europe, revient par la fenêtre en Afrique. « Nous sommes en train d’examiner l’opportunité de la création d’une Super Ligue africaine et des discussions à cet égard ont déjà eu lieu », explique Patrice Motsepe, conscient que l’échec rapide d’un projet similaire en Europe devra être pris en compte.

« Nous avons suivi la tentative de certains grands clubs européens de mettre en place une telle compétition et tâcherons de tirer les enseignements de leur échec », poursuit le successeur d’Ahmad, qui pense avant tout droits TV, encore très bas pour ce qui est de l’actuelle C1 africaine. « Toutes les questions en lien avec les droits de diffusion de la CAF sont extrêmement importantes puisqu’elles constituent une source de financement majeure de la Confédération, de ses associations membres et de ses parties prenantes. »

Une idée d’Infantino

Aussi « disruptif » (c’est LE mot à la mode chez les décideurs des années 2020) puisse-t-il paraître, ce projet ne surprend personne. Nul autre que Gianni Infantino en avait déjà dessiné les contours, en novembre 2019. Présent à Lubumbashi (RD Congo) pour le quatre-vingtième anniversaire du TP Mazembe et le lancement des travaux du nouveau stade des Corbeaux, le boss de la FIFA avait émis l’idée de créer une « Ligue africaine ». Et le dirigeant italo-suisse voyait grand. « Il faut prendre les 20 meilleurs clubs d’Afrique et les faire jouer dans une Ligue africaine, avait-il lâché devant la presse. Une telle Ligue peut générer au moins 200 millions de revenus, ce qui la placerait dans le top 10 mondial, du jour au lendemain. »

En avril dernier, Infantino avait publiquement dénoncé la création de la Super Ligue européenne. Quelques jours plus tard, Le Monde avait fait état d’une note secrète circulant à l’UEFA. Le document révélait que malgré son opposition de façade, le patron de la FIFA n’aurait pas été tant opposé que cela à ce projet de ligue fermée. L’Afrique pourrait bientôt essuyer les plâtres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.