Mame Gorgui Ndiaye : le centenaire dans l’arène

La différence est énorme entre Mame Gorgui Ndiaye et Yakhya Diop Yékini. Le premier nommé, en 27 ans de carrière (1956-1983), a disputé 149 combats pour 101 victoires contre 22 défaites. Alors que Yékini (1997-2016), c’est-à-dire en 19 ans, n’a livré que 22 combats. La différence est énorme si on fait le rapport des chiffres. Mame Gorgui Ndiaye, restons avec lui. Dans un entretien accordé à Leewtoo et dont la première partie est disponible dans le site, la deuxième partie sera mis en ligne prochainement. L’ancienne gloire est revenu sur sa carrière, sur ses nombres de combats. Il est centenaire, puisqu’il a obtenu 101 victoires, 22 défaites, 26 matchs nuls pour 149 duels livrés.

Morceaux choisis

« J’ai débuté ma carrière dans l’arène en 1957. Au temps, on organisait des tournois de lutte entre les catégories et le meilleur passe en catégorie supérieur jusqu’à atteindre le sommet. C’est différent de maintenant ou un lutteur de la seconde zone peut facile affronter un adversaire mieux placé. »

Balla Gaye 1, sa dernière victime

« Djiby Ndiaye est mon premier adversaire chez les poids lourds, je l’ai battu en 1964 et accède ainsi au niveau des ténors. Et mon dernier combat est intervenu en 1983 face à Balla Gaye 1. A la suite de ma victoire sur Balla Gaye 1, j’ai effectué un voyage à la Mecque pour les besoins du Hadj. C’est à mon retour de ce Hadj que j’ai arrêté de lutter. »

Auteur de 149 combats pour 101 victoires

« Durant ma carrière (1956-1983), j’ai livré beaucoup de combats. Vieux Sing Faye était mon batteur. On est venu au monde le même jour, on a passé toute notre enfance ensemble. J’ai livré 149 combats, 26 matchs nuls, 22 défaites et 101 victoires, voilà, mon palmarès. J’ai affronté beaucoup de grands noms de l’arène mais je peux en citer Mouhamed Ndiaye dit Robert. A l’époque, il y avait 3 arènes à Fass : il y avait l’arène des Wolof, l’arène sénégalaise, l’arène des Joola et celle des Toukouleur. J’ai sillonné toutes ces arènes. »

Bourreau deux « Boys » en l’espace d’une semaine

« Je suis étonné de constater que les lutteurs actuellement restent des mois sans lutter. J’ai trimé dans l’arène. Aucun lutteur n’a réussi ce que j’ai accompli dans l’arène. Le Grand Serigne de Dakar, Bassirou Diagne Marème Diop était le promoteur à l’époque. Il m’a donné avance un dimanche contre Boy Pambal, je l’ai battu. Le lendemain, lundi, mardi, il m’a remis une autre avance contre Boy Bambara pour le dimanche à venir. Le jour-J, j’ai mis KO Boy Bambara. Aucun lutteur n’a réussi une telle performance. Je suis le seul à battre deux « Boys », en deux dimanches successifs, Boy Pambal et Boy Bambara. »

Leewtoo.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.