Une nouvelle Académie à Dakar, l’initiateur Habib Babacar Ladiane explique son projet

Joueur semi-professionnel à San Jorge Filiacion, un club de la ville d’Huesca en Espagne, Habib Babacar Ladiane alias Enaidal est également model photo, CEO et fondateur de la marque Enaidal. Le footballeur sénégalais qui vit en Espagne depuis son jeune âge a un projet majeur : une académie dénommée Huesca de Dakar. Il s’est confié à RECORD.

En quoi consiste être joueur semi-professionnel en Espagne ?

Un joueur semi-professionnel c’est un joueur qui sera dans 1 ou 2 ans professionnel. Je peux dire que c’est la catégorie la plus difficile en Espagne car il y a plein de joueurs qui ont beaucoup de talent et des équipes qui veulent coûte que coûte accéder en première division. Donc, on peut dire ce n’est pas facile. Mais quand on a une équipe soudée et des joueurs individuellement doués, l’intégration est beaucoup plus facile. Et en tant que joueur tu dois bosser le double pour avoir le niveau.

Vous avez un projet dénommé Huesca Academy à Dakar. Où en êtes-vous ?

Le projet prend forme, j’ai commencé à investir sur ce projet et je me donne à fond. Actuellement, on a un site web pour permettre aux gens qui nous suivent d’avoir un aperçu sur nos activités. J’ai presque tout ce qu’il faut comme documents administratifs, tout ce qui reste c’est de fixer et communiquer la date des tests et c’est pour bientôt. C’est l’occasion pour moi de dire que Huesca de Dakar portera des équipements sponsorisés par Enaidal, ma marque de vêtements et Nike parce que je suis ambassadeur de Footballemotion et Tap Tap Send en Espagne. Nos pensionnaires auront la chance de faire des essais dans un grand club d’Espagne, la SD Huesca, un club où j’ai fait ma petite catégorie et qui nous a ouvert ses portes.

Il existe déjà des académies assez fortes comme Diambars, DSC, GF, les avez-vous comme modèles ?

C’est ça qu’on veut dans notre pays : avoir plusieurs académies parce que cela permet de produire des joueurs talentueux et surtout éduqués. L’éducation, j’insiste toujours sur ce point, elle permet de structurer le secteur. Peut-être on apportera une touche un peu spéciale et une manière de faire proche des académies européennes mais Diambars, DSC et GF sont effectivement des modèles pour moi.

Vous semblez très motivé par ce projet Huesca de Dakar ?

Vous avez vu juste, Huesca de Dakar est un projet qui me tient vraiment à cœur. Depuis tout petit, je me suis toujours dit que je ferai quelque chose pour mon pays concernant le football. Et là l’opportunité se présente pour aider les jeunes footballeurs de mon pays natal à exceller dans ce milieu et à suivre leur carrière académique.

Les Sénégalais brillent dans les autres championnats européens, en Angleterre et en France notamment, mais peinent à s’affirmer en Liga. Pensez-vous que Boulaye Dia peut relever le défi à Villarreal ?

Villarreal n’est pas un petit club et donc s’il s’intéresse vraiment à un jeune joueur sénégalais, c’est parce qu’il a du talent. La Liga, c’est une Ligue pas facile du tout mais je pense que Boulaye Dia peut bien relever le défi. Il a le talent, il lui suffit de juste croire en soi et bosser dur, c’est le secret. À moins que je ne me trompe, il a marqué 14 buts en Ligue 1, cela veut tout dire. Je lui souhaite vraiment bonne chance

Vous connaissez sans doute également le jeune défenseur sénégalais Moussa Ndiaye. Selon vous, a-t-il des chances au Barça ?

J’ai pu regarder quelques-uns de ses matchs. Il a beaucoup de talent à son âge. Je pense qu’il fera un bon arrière gauche au Barça. Il peut beaucoup apporter au Barça qui est en train de miser sur la nouvelle génération. Donc il doit juste profiter de cette opportunité pour se faire une place dans l’équipe A. Personnellement, cela me fait énormément de plaisir de voir que nos jeunes joueurs jouent dans la Liga.

Source : RECORD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.